Retour

5 façons simples de cohabiter avec la faune, partie 2

July 28, 2021

L’équipe d’Eco Alternatives revient avec 5 trucs supplémentaires pour faciliter notre relation avec la faune! Pour voir la première partie de cette série, cliquez ici!

6) Nourrir intelligemment

Malheureusement pour les amoureux des animaux sauvages, il existe tellement de risques liés au fait de leur fournir de la nourriture, que le meilleur moyen de les nourrir est de ne pas le faire. Par exemple, si un animal malade va manger dans une de vos mangeoires, il pourrait contaminer tous ceux qui viendront y manger après lui. De plus, il est préférable de ne pas associer l’humain avec source de nourriture, pour la simple raison que l’humain est en réalité un prédateur. Non seulement à cause de la chasse, mais aussi à cause des routes, des déchets, des piscines, de la pollution lumineuse, et plus encore. Pour le bien-être de l’animal, il est préférable qu’il se méfie des humains et qu’il reste loin des installations humaines qui mettent régulièrement la vie d’animaux en danger. Sans parler du fait que la nourriture humaine est souvent totalement inadaptée aux besoins nutritifs des animaux. D’ailleurs, il est extrêmement nocif de donner du pain à manger aux canards. Si vous tenez absolument à les nourrir, donnez-leur du maïs sans sel en petite quantité et à l’extérieur de leur point d’eau afin de ne pas le polluer. Et si malgré tout vous souhaitez avoir des mangeoires chez vous, lavez-les régulièrement, et n’y mettez que de la nourriture spécialement conçue pour les animaux.

7) Attendre le mois de juin avant de tondre son gazon

Pour les mêmes raisons qu’il est conseillé de laisser les feuilles mortes au sol, il est préférable de ne pas intervenir sur son terrain avant la fin du printemps. Les pissenlits et autres plantes et fleurs seront d’une grande utilité aux pollinisateurs. Les pesticides et insecticides sont à proscrire, car en plus d’être une menace directe pour la faune, ils polluent l’eau et le sol. Vous aimez prendre soin de votre terrain? Je vous conseille d’ajouter des fleurs au lieu d’en enlever. Cela augmentera la biodiversité et aidera les insectes pollinisateurs à faire leur travail avant et après l’hiver. Vous pouvez même ajouter de la diversité dans votre gazon en y ajoutant d’autres variétés comme du trèfle.

8) Surveiller son chat

Les chats représentent une menace pour la biodiversité. Laissés sans surveillance, ils chassent des animaux sans les manger, tuant et blessant beaucoup d’animaux sauvages chaque année, au point où le nombre de décès lié à une attaque de chat surpasse celui des impacts avec des surfaces vitrées. Sans oublier que la morsure de chat est toxique pour plusieurs animaux, incluant les humains. Rester à l’intérieur est également plus sécuritaire pour le chat, qui a ainsi moins de risques d’attraper des maladies et des virus ou de souffrir d’accidents ou d’empoisonnement. Il existe plusieurs compromis pour permettre aux chats d’expérimenter l’extérieur tout en évitant les dangers : construire ou acheter une cabane pour chats avec moustiquaires et modules, sortir le chat régulièrement sous surveillance avec un harnais. Si aucune de ces options ne fonctionne pour vous, il est toujours possible de mettre un collier anti-prédation à son chat avant de le sortir. Cela réduira les conséquences des attaques de votre chat, mais ne protègera pas votre chat contre des attaques extérieures.

9) S’assurer de déplacer parents et bébés ensemble

Vous trouvez des bébés sans parents? S’ils sont plusieurs, en sécurité, au chaud et qu’ils ne semblent pas blessés, pâles, maigres ou en détresse, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, la mère reviendra. Selon l’espèce, il est tout à fait normal que les enfants soient régulièrement laissés seuls. Un bébé a beaucoup plus de chances de survie s’il grandit auprès de sa famille que s’il grandit auprès des humains. Même si vous trouvez un bébé seul, il est préférable d’attendre et de tenter de le réunir avec sa mère, à moins qu’il soit visiblement blessé, faible ou en détresse. À l’inverse, si vous trouvez une femelle adulte et qu’il n’y a vraiment aucun moyen de simplement la laisser où elle est, il faut impérativement vérifier qu’elle n’a pas de petits avant de faire quoi que ce soit. Il arrive beaucoup trop souvent qu’une mère soit relocalisée, et dans les semaines suivantes, on trouve ses petits, maintenant orphelins.

10) Aménager sa piscine

Malheureusement, la piscine est un lieu où les animaux peuvent se blesser ou se noyer. Les clôtures empêchent peut-être les humains de s’y aventurer, mais à l’extérieur de la saison estivale, grenouilles, canards, écureuils et autres peuvent y voir un petit étang tranquille où vivre et trouver de la nourriture. Afin d’éviter ce genre d’accident, il est possible de mettre une plateforme flottante où les animaux peuvent se réfugier s’ils tombent dans la piscine, où alors des cordes nouées tout le tour de la piscine ou des rampes conçues pour aider les animaux à sortir de l’eau.


Sources et documentation complémentaire


Employé.e.s d’un centre de réhabilitation de la faune
Wild Birds Unlimited, What to Feed Ducks by Melissa Mayntz
Ville de Saint-Hippolyte, DEVRAIT-ON NOURRIR LES CANARDS?
Espace pour la vie, Attirer les pollinisateurs au potager
Chats et biodiversité ne font pas bon ménage
Go Oiseaux!
Cleveland clinic, What You Should Do for a Cat Bite or Scratch
Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Ne pas relocaliser
The Humane Society, Pool safety for wild animals